Alors que les élans de solidarité se multiplient à travers toute la Belgique pour lutter contre le Covid-19, le groupe d'accessoires automobiles Aspel a décidé de participer, lui aussi, à l'effort collectif. Comment? En fabriquant des "poignées de porte mains libres". Autrement dit, des accessoires en plastique qui se fixent sur les poignées de porte standards à l'aide de deux colsons.

L'avantage est qu'il ne faut plus poser la main sur les poignées de porte pour les ouvrir, une simple action de l'avant-bras suffit. De quoi rajouter un peu de sécurité autour de ce geste auparavant anodin et contribuer à limiter la transmission du Covid-19.

 

https://t2.llb.be/C9SG8ZbGOtj5offHxuzX0KGibj8=/fit-in/300x0/5e9b2201d8ad58632c74004d.jpg","620":"https://t2.llb.be/Yiy5yM38eqU_vpy98Mo_Pp6G0ao=/fit-in/620x0/5e9b2201d8ad58632c74004d.jpg","940":"https://t2.llb.be/aEKXBJIl1dmEnyY6dlNnKfer6bo=/fit-in/940x0/5e9b2201d8ad58632c74004d.jpg","1280":"https://t2.llb.be/WMVyw2sxsksMWS2UKX9U8almtzw=/fit-in/1280x0/5e9b2201d8ad58632c74004d.jpg"} " alt="" data-src="https://t2.llb.be/WMVyw2sxsksMWS2UKX9U8almtzw=/fit-in/1280x0/5e9b2201d8ad58632c74004d.jpg" data-lzled="true">
© aspel

"Il était important pour nous de participer"

L'idée de fabriquer de tels accessoires, très éloignés de leur domaine de compétences habituel s'est imposée d'elle-même au groupe belge. "L'un de nos ingénieurs m'a envoyé le fichier d'une poignée de porte mains-libres à imprimer en 3D. En voulant essayer de le faire chez moi, je me suis rendu compte que le procédé était assez lent, ce qui était dommage car l'idée avait du potentiel", nous raconte Vincent Pairet, CEO d'Aspel. "Nous avons donc décidé de produire ces accessoires à grande échelle dans nos usines. Puisque nos chaînes de production tournent au ralenti depuis l'apparition du coronavirus, les machines qu'il nous fallait pour nous rendre utiles étaient disponibles."

Grâce au travail bénévole acharné de ses employés et ouvriers qui ont dû redessiner la poignée pour l'adapter aux chaines de production de l'entreprise et également à ses fournisseurs qui lui ont offert les matériaux nécessaires, Aspel a pu lancer la production industrielle à peine deux semaines après le lancement du programme.

"Nous sommes fiers de faire partie de ces entreprises belges qui se décarcassent pour aider nos institutions médicales très éprouvées par la pandémie", indique Vincent Pairet qui ajoute que son entreprise est aujourd'hui capable de produire "600 pièces par jour". Ceci, en plus d'un stock de 2.000 pièces déjà disponibles.

L'objectif est maintenant d'offrir ces poignées de porte mains-libres aux hôpitaux, aux maisons de retraites ou encore aux écoles. "Nous leur demandons simplement d'intervenir dans le coût du transport."

Pour se procurer ces accessoires, il suffit de se rendre sur le site d'Aspel et de remplir le formulaire. L'entreprise vous recontactera dans les plus brefs délais.